Accueil Actualités Plan du site Contacts Recherche

 
 
Le centre
 

 
Dans la même rubrique

Présentation
L’Ayurveda-Science de la vie
Fonctions des Doshas Vata, Pitha, Kapha.
Tableau des liens Maladies - Plantes - Remèdes
Le But de L’Ayurveda
Les Besoins urgents : suppression et leurs conséquences.
Questionnaire Ayurvédique - Déterminer votre constitution en interactif
DINA CHARYA
PRAKRUTIM la constitution du corps
Les Concepts de PARAMANU et des TRIDOSHA
Vyadhi, la Maladie selon l’Ayurveda
Les 7 Dhatus (tissus), Ojas (le subtil)
Les 5 Vatas, les 5 Pithas, les 5 Kaphas
Agni, Kostha, Strotas
Les Signes spécifiques du déséquilbre des Doshas
DASHA VIDHA PAREEKSHA
Ayurveda, les 12 caractéristiques, les 9 principes, les 8 disciplines.
Shamana et Shodhana
Les 6 goûts (Rasa)
Origine mythologique de l’Ayurveda

 

 

CENTRE JAYA

 
Ayurveda, interview de Jaya


 

Ayurveda, quelques questions !




1) Nelly Jorez, pourriez-vous d’abord vous présenter à nos visiteurs ?
En fait, mon nom d’usage à la Réunion et dans le yoga est celui de Jaya Yogacharya. C’est le nom que j’ai reçu de Swami Vishnu Devananda au Canada lors d’une initiation il y a plus de vingt cinq ans, et qu’à re-valider mon Maître Sri Sri Sri Satchidananda Yogi de Madras. Je dirige en co-direction avec Maheswari yogacharya, le Centre Jaya de Yoga Védanta et d’Ayurvéda à la Réunion depuis 1990.


2) Comment avez-vous personnellement découvert l’Ayurvéda ?
J’ai eu la chance de recevoir un enseignement de terrain en Ayurvéda et naturopathie par mon maître Satchidananda.
J’ai ensuite suivi des formations dans le Kerala auprès de médecins ayurvédiques afin de valider ces connaissances par des stages en hôpital et des diplômes.


3) Pourriez-vous définir les grands principes de l’Ayurvéda et en souligner l’originalité par rapport aux pratiques occidentales.?
L’Ayurvéda est le système traditionnel de la médecine Indienne qui repose sur des anciens slokas, textes sanskrits remontant à plus de quatre mille ans.(voir les Védas)
L’Ayurvéda a en fait plusieurs définitions. La plus communément admise est « science de la vie »,qui se confère à la simple traduction du mot « ayur, signifiant « vie » et Véda « science, connaissance ».
Pour les autres définitions, nous trouverons :
« Méthode pour augmenter la durée de vie »,
« Système de ce qui est approprié ou inapproprié pour la vie »,
« Méthodes qui peuvent donner la joie ou la tristesse, » etc ...
Le postulat de départ de l’Ayurvéda est de poser deux questions essentielles :
Qu’est-ce que la santé ? Qu’est-ce que la maladie ?
L’Ayurvéda est la connaissance de la différence entre les deux.
Elle va s’évertuer à maintenir l’équilibre en ce qui concerne la santé (elle est donc préventive).
En ce qui concerne la maladie, elle va noter son état de déséquilibre, le corriger, puis préserver l’état d’équilibre (mode de vie).
Les traits caractéristiques de l’Ayurvéda qui font souvent la différence avec l’approche occidentale.

  • a) Elle traite l’individu comme un tout.
  • b) C’est une médecine libre de toute toxicité (plantes, minéraux).
  • c) En principe, elle n’est pas onéreuse.
  • d) Certains traitements sont aussi utiles pour la maladie que pour la prévention.
  • e) Elle tient compte de la relation entre le corps et l’esprit.
  • f) Elle insiste sur l’aspect préventif : diète, mode de vie, régimes, les saisons, (Dina Charya, Ritu charya).
  • g) L’Ayurvéda est près de la nature (tout ce qui est dans la nature peut-être une médecine.
  • h) Elle est étroitement liée à la connaissance du Yoga.
  • i) Elle est ouverte aux autres systèmes de médecine (laboratoire, rayons X, scanner, etc .).
  • j) Elle a des méthodes simples et de bon sens pour ses diagnostics (investigations du patient par son histoire personnelle, sans compter les traditionnels moyens d’investigation de toute médecine, que sont l’inspection, la palpation, le questionnaire, etc ...).
  • k) Elle a une variété d’approches des problèmes : elle va s’intéresser à :
    • la cause. On va diminuer le dosha en excès (voir Vata, Pitha, Kapha).
    • le lieu (de vie du patient et de la place de la maladie dans le corps).
    • la force (celle du patient pour suivre les traitements des panchankarmas, mais aussi la force de la maladie, à savoir si elle sera longue ou courte).
    • la saison, qui va déterminer le type de la maladie et combien de temps le corps va prendre pour la gérer.
    • le feu digestif différent selon nos constitutions.
    • la constitution du corps (la prakriti).
    • l’âge (petites doses aux enfants, vieillards, etc.).
    • la force du mental (différent d’un individu à l’autre).
    • les facteurs aggravants ou améliorants (voir article).
    • l’alimentation et diète (le tabac aggrave Vata,l’alcool aggrave Pitha etc .).
  • l) Et enfin, elle offre les fameux traitements ayurvédiques que sont les Panchakarmas
    • Vamana induisant la vomission
    • Virechana la purgation
    • Vasti le lavement
    • Nasya (orl)
    • Rakta moksha (saignées)
      sans oublier les grands traitements d’oléation (l’huile) et de sudation (vapeur),qui précèdent les panchakarmas et dans lesquels vous trouverez tous les massages ayurvédiques appartenant aux techniques du Sneha karma et du Sweda karma.

      L’Ayurvéda ,comme toute médecine, a donc pour but de préserver la santé et de soigner la maladie, mais en tant que médecine millénaire, elle s’appuie sur la grande philosophie indienne qu’est le Sanathana Dharma.
      Cette dernière repose elle-même sur quatre grands principes de vie :

      - Dharma(notre mission dans cette vie)

      - Artha (acquisition des biens comme moyens)

      - Kama (réalisation de l’affectif)

      - Moksha (libération spirituelle)


4) En Inde, l’Ayurveda est-il toujours reconnu et pratiqué de préférence à la médecine occidentale ?
L’Ayurvéda, en tant que médecine peu onéreuse, a toujours été pratiquée pour le plus grand nombre, dans des dispensaires de villages, des hôpitaux. Toutefois, elle fut mise à l’écart par les classes émergentes par l’allopathie. Aujourd’hui c’est le retour en force avec un foisonnement de centres ayurvédiques, et le kerala en a fait entre autre sa spécialité. Ce retour s’accompagne d’un vif intérêt par les étrangers qui n’hésitent pas à se déplacer en Inde pour faire des cures de panchakarmas ou bien se former. De plus en plus de structures organisées se mettent en place pour cela. La révolution informatique n’ayant pas été manquée par les indiens, l’Inde devient une porte ouverte à ces informations ancestrales. La démocratisation des voyages aide de plus à divulguer cette connaissance. Toutefois en France, cette médecine se retrouve dans la même situation que l’acupuncture, l’homéopathie ou l’ostéopathie il y a quelques temps encore.
L’intérêt de plus en plus grand porté à l’Ayurvéda, les limites de la médecine occidentale en tant que médecine non globale et parfois toxique à revers de sa pharmacopée, aboutiront bien à la reconnaissance de cette médecine indienne et à sa légalisation par l’ordre des médecins français. Le chemin est encore long.


5) L’Ayurvéda est difficilement dissociable d’une certaine philosophie, d’une certaine spiritualité peut-être, ou du moins d’un certain mode de vie. Pouvez-vous nous en dire d’avantage ?
Pour être soigné, nul n’est besoin de s’immerger pendant plusieurs années dans les profondeurs
de ces hautes philosophies Indiennes que sont les Darshans. Soyons d’abord pragmatiques.
Toutefois, si vous constatez des résultats positifs sur vos anciens déséquilibres ou pathologies à la suite d’un traitement ayurvédique, vous intégrez implicitement son art de penser.
Par contre, si vos objectifs sont d’approfondir cette connaissance pour en faire exercice, il conviendrait de s’aguerrir des grands principes qui sous-tendent l’Ayurvéda et le yoga. Plus qu’un éclairage, cela devient une nécessité.


6) Une des pratiques intéressantes et bien connues de l’Ayurvéda consiste en massages : quelle est leur particularité et quels sont leurs bienfaits ?

Pour bien comprendre la place des fameux massages ayurvédiques, il nous faut comprendre comment s’articule le traitement ayurvédique.
Nous trouverons 2 types de traitements
*Shamana Chikitsa (traitements par médicaments ayurvédiques pour des personnes faibles,
enfants,vieillards).
*Shodhana Chikitsa (traitements plus forts avec les panchakarmas lorsque les Doshas sont hautement viciés).
Avant les Panchakarmas, et pour tout profil, on va pratiquer Poorvakarma.
Cela est préconisé quand les doshas sont aggravés dans le corps. Les doshas aggravés vont se mettre dans le corps et s’y solidifier. Le but donc va être de les dissoudre.
On fera alors les deux grandes pratiques selon la pathologie et le patient,
*Sneha karma (oléation thérapie) en premier,
*Sweda karma (sudation thérapie) en second,
afin d’ouvrir les canaux (strotas) et amener les doshas (qualités) à leur propre emplacement.
Dans sneha karma,
si l’oléation est interne, on fera Sneha pana (boire l’huile avec décoctions)
si l’oléation est externe, on fera les Abhyangas, que sont les massages ayurvédiques.



Vous trouverez dans les massages ayurvédiques, différentes techniques en fonction des doshas et des pathologies à soigner,(podikizhi, elakizhi, navara kizhi, bolus bags, les Dharas, les vastys, les nasyams, etc .).
Vous trouverez également les abhyangas classiques à deux ou quatre mains pour l’harmonisation des trajets énergétiques et des marmas (les points énergétiques de l’Ayurvéda). Ces massages sont très précieux pour leur aspect de relaxation profonde du corps et du mental et pour leur aspect préventif à bon nombre de maux.


7) Pouvez-vous nous en dire plus également sur les massages pour bébés et très jeunes enfants ?
Ce n’est pas vraiment mon domaine. A ma connaissance, les massages pour très jeunes enfants sont spontanément pratiqués à la maison le plus tôt possible par les jeunes mères indiennes qui, en prenant de manière vigoureuse leurs bébés, les massent intensément, les aidant ainsi à l’éveil de leurs organes des sens (jnana indriyas),de leur souplesse et de leur joie de vivre. Un très joli livre là-dessus (« Shantala, un art traditionnel, le massage des enfants » de F Leboyer, Éditeur : Seuil).


8) Que conseillerez-vous à un habitant de la France métropolitaine ou des Dom-Tom qui souhaiterait recourir aux bienfaits de l’Ayurveda ?
En France, se constituent de plus en plus des prestataires en massages ayurvédiques. En principe, un médecin ayurvédique n’est pas autorisé à y exercer et n’est pas forcément un technicien en massage.
Vous trouverez donc plus des techniciens en massages, non médecins, préconisant des massages dits préventifs relevant en principe des abhyangas classiques. A vous de tester leurs prestations et de vous inquiéter de leur formation. Un massage ayurvédique se doit d’être un massage de santé où des connaissances anatomiques, médicales et énergétiques sont nécessaires. Ce n’est pas un acte anodin.
Dans le cas de pathologies lourdes, vous trouverez d’avantage de centres ayurvédiques côté outre-Rhin, avec consultations médicales et des cures possibles en panchakarmas. (voir Allemagne, Suisse).
De même, vous trouverez une activité plus développée aux USA.
Quant à l’Inde, de nombreux centres sont prêts à vous accueillir pour des cures de plusieurs semaines ou plusieurs mois.


9) Que propose le Centre Jaya ?
Le centre propose des prestations ayurvédiques depuis 1996.
Nous proposons des entretiens ayurvédiques qui ne substituent pas à une consultation médicale mais qui ont pour but de sensibiliser les personnes aux grands principes d’hygiène de vie (alimentation, comportement ). Vous trouverez également un questionnaire ayurvédique interactif sur notre site internet.
Dans le cas du bien-être, nous proposons les massages appartenant au sneha karma, que sont les massages de relaxation ou d’équilibre (les abhyangas classiques préventifs et relaxant). Dans le cas des pathologies, nous proposons les massages aux bolus bags, les dharas, les nasyams, s’inscrivant d’avantage dans le traitement des maux les plus courants, (insomnie, stress, dépression, migraines, prise de poids, problèmes vertébraux, douleurs arthrosiques, etc.).
Nous ne faisons par les panchakarmas qui nécessitent entre autre, une absorption médicamenteuse par des plantes ou décoctions, car cette action serait en porte-à-faux avec la législation médicale française.
Nous en connaissons cependant les techniques.


10) Quels sont les projets du centre dans le domaine de l’Ayurveda ?
Le centre Jaya fonctionne avec ses deux professeurs de yoga, Maheswari et moi-même, Jaya.
Notre forme juridique est celle d’une entreprise, où nous gérons des employés ainsi qu’une clientèle élargie et de qualité. Pour nous aider dans notre tâche, nous avons embauché durant deux années, de jeunes indiennes spécialisées dans les massages ayurvédiques avec qui nous avions travaillé en Inde.
Nos projets actuels ont pour objectif d’optimiser nos prestations, par la recherche d’un nouveau cadre où nous pourrions rajouter de l’hébergement, afin de proposer des retraites de yoga et de méditation, ainsi que des séjours ayurvédiques.
Vous trouverez nos prestations sur notre site www.centrejaya.org ainsi que de nombreux textes didactiques et conférences sur l’Ayurvéda et le yoga.


Ps : les termes sanskrits ( ayurveda, panchakarma, etc ..) sont adaptés à une écriture « accentuée ou pluralisée » pour une compréhension plus facile pour les néophytes.

interview pour :
www.indereunion.net

 

Get Adobe Flash player
 
 
FORUM DE L'ARTICLE

 
 
Articles connexes :

Massages
  Le corps, ce grand mystique !
  Massages Ayurvédiques
  les techniques ayurvédiques de rajeunissement et de soins
Prâna
  Soin énergétique
  Kriyas - Tableau récapitulatif
  Energie & Chakras
  L’Oeil du Maître -Tratak solaire et Darpana Mudra
  Méditations et Pouvoirs
  Les 3 Bandhas
  De belles photos de nos pratiquants
  Pranayama
 
Soins
  Consultations, Enseignement, avec Jaya ou Maheswari par net
 


Accueil Actualités Plan du site Contacts Recherche



Copyright © CENTRE JAYA 2017
Réalisé avec SPIP
Centre Jaya 6 place de la liberté 97490 Sainte Clotilde
téléphone : 0262 73 04 00

facebook