Accueil Actualités Plan du site Contacts Recherche

 
 
Le centre
 

 
Dans la même rubrique

La paix intérieure
L’intuition silencieuse
Karma Yoga
Les premières étapes de Dhyana
La concentration
La conscience des strates
La pratique et les blocages - les Trois granthis (noeuds)
Dhriti , la patience ...
Trois catégories d’hommes ...
Les observances Morales ...
Spirituel ou religieux ?
Que sera demain ?
L’éveil de nos capacités latentes
L’ acceptation de Soi
"L’Oreille suprême"
L’Alchimie Intérieure
Le Délicat passage
Guide spirituel et aspirant
Non Réagir et Connaître !
Savoir, Silence et tranquillité de la vision...
Qu’est-ce que le Tanstrime ?
Le corps, ce grand mystique !
Pratique, Etude et Lâcher prise
Les nourritures physiques et mentales
Les pensées obstacles
Le Darshan, vision profonde et point de vue philosophique
Méditations et Pouvoirs
Pratibha, la "faculté Illuminante"
Un mental rapide...
La Conscience spirituelle
Puissance vitale, Essence éternelle
Il est grand temps de lancer...
Deux choses à la fois...
Sri Kundalini...l’incandescente....
Le Feu Sacrificiel....
Le Nectar de l’Immortalité..
Sur le chemin de l’illumination..
Chrysalide
L’attente secrète...
"Les Hamsa, dit-on..."
Absolu et Conscience, le petit scarabée...
Fenêtre sur le Raja Yoga
Fenêtre sur le Hatha Yoga
"Le Sommet du Sommet"
A quoi rêvent-ils ?
Le coeur du yogi
Lumière et tradition ...le Dīpāvalī
La pratique du Ravissement
Le Yoga et la flèche du temps...
Le Libre Amour
Clés et transcendance
La maturité spirituelle
Vidéo : Jaya Yogacharya parle de Sri Sri Sri Satchidananda Yogi de Madras en présence du maître
Le subtil chemin
"Être sans âge"
Sommeil et Béatitude
Le mystère de la volonté
"Le monde est mon sentiment"
La peur de vivre
L’envol de Patamga
Le Fascinateur
L’état de confiance
L’opinion d’autrui
L’oeil de la Clairvoyance
"Tout a son heure et sa place désignée..."
Mâha Kâla, le temps transcendant
"Le souci de soi"
" Voir "
Le fil de Brahman
Êtes-vous prêt ?
C’est par là !
Savoir ou Sagesse ?
L’aptitude
L’impact du sacré
Le Rite Védique
Grandir
La liberté intérieure
Mille ans d’avance
Le Yoga de l’Inconcevable
La Belle des trois cités
Le processus du devenir
Le Nava Chakra : l’élaboration
Para Vâch, la parole sacrée
La Triplicité Fondamentale
Ambika, l’incompréhensible
Le souci authentique
Bindu, le point de transcendance
"L’irremplaçable espoir"
"Quel chercheur êtes-vous ?"
" Changez ! "
Le défi de Vérité
Les lois spirituelles - " le chemin "
Les Lois spirituelles - " la caravane "
Les Lois spirituelles - " le bivouac "
Les lois spirituelles - " le Lieu Saint "
Le langage des dieux
Paśyantī, le son de la pensée
L’art du pas
Le Silence
Les Certitudes
Mémoire et langage
Les mots éternels
Le chant mystique
Le Gāyatrī mantra
La mère des Vedas
Le don de la Déesse
Le carré magique
L’Oṃkāra ओंकार
Mensonge ou Vérité ?
Urgence
L’auto révélé

 

 

CENTRE JAYA

 
Fenêtre sur le Védanta


 




La pensée Indienne a donné naissance à des systèmes de pensées philosophiques spiritualistes que l’on nomme Darshan. Mais le mot "Darshan" résonne également dans la sphère de l’initiation spirituelle.
"Darshan" a une double signification - vision et point de vue.
"La vision" spirituelle vient de la révélation d’une connaissance fondamentale obtenue soit par une pratique introspective soit par la grâce d’un instructeur spirituel.

"Le point de vue" concerne donc la proposition philosophique et fait référence aux six grands "darshanas" suivant.


DARSHANAS
voir tableau des six Darshanas,

- Datations

siècle av JCJC siècle ap JC
3°s YOGA au YOGA 5 °s
7° s SAMKHYA
VEDANTA 2°s
NYAYA 5 °s
VAISHESHIKA 5° s
3°s PURVA MIMANSA
5°s BOUDDHISME

LES VEDAS

Dans les grands textes canoniques de la pensée hindoue, les Védas sont les "Sruti" incontournables.

"Sruti" est le terme utilisé pour qualifier des textes révélés aux sages en contemplation (les Rishis). Ces révélations furent possibles par l’extase spirituelle et la révélation intérieure méditative. Les "Smriti" (mémoire), est le nom donné à l’ensemble des textes appartenant à la tradition la plus ancienne de l’hindouisme mais dont l’autorité est considérablement moindre que celle des sruti. La fonction des smriti était de fixer les codes régissant la conduite d’un individu dans le contexte social.


les RISHIS

Les Védas sont donc les textes révélés.
Le mot "Véda" signifie science, connaissance. Les védas communément admis au nombre de quatre sont souvent présentés toutefois en deux catégories.

Les trois premiers, dont le plus ancien et le plus conséquent est le RIG-Véda, constitue avec le SAMA-Véda et le YAJUR véda, le triple Véda . Ils sont unis dans leur appartenance au "yajna", c’est-à-dire au rituel védique.
Le quatrième, l’ATHARVA véda, rapproché plus tardivement, ne relève pas du yajna.


RITUELVEDASENS
Yajna RIG-Véda Samhita rig = signifie prière, verset
SAMA-Véda Samhita saman = cantillation
YAJUR-Véda Samhita yajur = dédicaces en prose
non Yajna ATHARVA-Véda Samhita atharva = magie blanche ou noire

Veda signifie science - Samhita signifie recueil.

la Cantilation est l’art de la prononciation de la hauteur musicale des voyelles de chaque mot d’un verset d’un texte sacré des religions chrétienne, coranique, hébraïque, bouddhiste et hindouiste.


- RIG-Veda, "sagesse des verset", sont des hymnes pour les différents dieux, les rites des Brahmanes, et traitent aussi de la cosmogonie.
Le RIG-Véda est l’un des plus anciens textes écrit en langue indo-européenne, situé vers 1200 av JC. On le suppose cependant beaucoup plus ancien de part sa source révélée. Composé d’environ 1028 stances, sous forme de 10 recueils, il relève de la tradition orale.

- Le SAMA-Véda, "sagesse des chants", concerne l’art de la cantilation, des arts, du chant, des charmes de la poésie, et de la science des mantras.


- Le YAJUR-Véda, "sagesse de la prose", concerne les cultes et les invocations lors des rites.


- L’ATHARVA-véda, "sagesse des prêtres Atharvan", traite de l’aspect ésotérique, de la magie et de l’Ayurvéda.



Chaque Véda est lui-même divisé en quatre parties, mais les classifications peuvent varier ; certains donneront la classification suivante :
mantras, samhitas, brahmanas, upanishads
ou
samhitas, brahmanas, aranyakas, upanishads

Prenons la première :

  • MANTRAS : man (manas, pensée - tra, protection). le mantra est l’outil de protection de l’esprit. Cette partie regroupe donc tous les hymnes.

  • SAMHITA : recueils, concernent la prononciation exacte des mantras.

  • BRAHMANAS : "qui cherche l’essence pure du brahman", sont les livres mystiques et leurs explications psychologiques.

  • UPANISHADS : L’essence même des védas.

Ce sont les Upanishads qui retiendront notre plus grande attention.
UPA signifie mouvement physique vers,
NI signifie descendre vers le sol,
SHAD signifie s’asseoir.


Upanishad peut donc être interprété comme étant le fait de s’asseoir respectueusement auprès d’un maître pour recevoir son enseignement.


Il existe 108 upanishads dont une dizaine sont majeures.
Elles sont bien sur réparties dans les différents Védas. En voici quelques unes à titre d’exemple, telles que la Kena Up, la Katha Up, la Chandogya Up, la Madukya Up, l’Isa Up, la Prasna Up, etc.



Le mot VEDANTA, signifie la fin des Védas. Autrement dit, c’est la connaissance de l’ensemble de tous les Upanishads. Fin de la connaissance par leur emplacement dans la classification des Védas, mais surtout implicitement "fin des connaissances" et "début de La Connaissance".


Pour situer l’ampleur du sacré de ces textes, de ces "srutis", les sages affirment que le Védanta est la philosophie la plus pointue qui ai été donnée à l’humanité.
Ils déclarent surtout :

" Parce que les Védas contiennent les syllabes sacrées d’où naquirent les dieux et les mortels, les Védas précèdent l’univers lui-même issu de la syllabe OM !

Toute la clé de la pensée Védantique se trouve là.


La philosophie orientale a pour but d’amener la spéculation intellectuelle au seuil de l’expérience intuitive spirituelle, à savoir celle qui révèle. Pour cela, elle utilise des systèmes pratiques du raisonnement afin de simplifier ce processus.



- LES NYAYAS

L’analogie Védantique que l’on appelle le NYAYA est l’un d’entre eux.
NYAYA signifie méthode. Les analogies védantiques sont des histoires simples et courtes ayant pour but d’illustrer un concept fondamental afin d’en avoir une expérience directe et intuitive.

Elles sont nombreuses. La plus connue est celle du

  • RAJJU-SARPA NYAYA RAJJU corde - SARPA serpent - NYAYA analogie.

    Un homme se promenant à la tombée du jour dans une rue éclairée par des réverbères pense apercevoir un serpent sur le sol. Pris de panique, il fait l’expérience de la peur en lui par les phénomènes physiques et mentaux habituels qu’engendre cet état. IL se fie donc à l’information de ses organes des sens. Or, en s’approchant du réverbère, l’homme s’aperçoit que le serpent n’est autre qu’une corde sur le sol. Il voit la réalité telle qu’elle est. Le réverbère joue là son rôle de maître spirituel qui éclaire l’esprit obscurci par l’identification erronée.


  • BIJA VRIKSHA NYAYA, l’analogie de la graine et de l’arbre.
    BIJA graine -VRIKSHA arbre.

    La graine est à l’origine de l’arbre, mais l’arbre est à l’origine de la graine ! Quel est le premier ? Ceci illustre que toute déclaration peut-être contrecarrée et que le monde est prisonnier de sa relativité.


  • PADMA PATRA NYAYA, l’analogie de la feuille de lotus.
    PADMA lotus - PATRA feuille.

    La pluie coule sur la feuille de lotus et touche le sol sans la mouiller. Brahman est le substrat immaculé et il est comme l’écran de cinéma, non affecté par le jeu des ombres et des lumières du monde.




-  NETI-NETI

Dans les autres systèmes de raisonnements védantiques, nous trouverons celui de neti-neti.
Bien qu’au premier abord, il semble simpliste, il relève en fait d’un processus bien plus complexe sur lequel certains Jnana Yogi ,(Jnana Yoga, le yoga de l’érudition), se sont engagés durant toute une existence afin de réaliser la notion d’absolu.
Le principe de neti-neti repose sur la négation de ce que n’est pas une chose pour trouver ce qu’elle est.
Voici un exemple simple. Vous vous teignez les cheveux en rouge. Bien, est-ce toujours vous ? Si oui, alors vous n’êtes pas vos cheveux !

Le neti-neti commence souvent par la négation des expériences obtenues par les organes des sens, qui permettra ensuite de diminuer les modifications mentales afin de trouver les réponses à l’intérieur.
Un homme n’est ni sa maison, ni son travail puisqu’ils sont sujets à changements. Ce qui reste de lui, est ce qui est son absolu.
La nature essentielle du SOI n’est ni le corps, ni le mental.
Le but du neti-neti appliqué par le Jnana Yogi est la négation de toutes choses relevant de l’expérience du monde afin les transcender et laisser s’exprimer l’absolu.
Alors ce qui restera est Sat-chit-ananda, existence, connaissance, béatitude.


sri Ramana maharishi

-  PANCHI KARANA

La théorie du PANCHI KARANA est quant à elle un autre raisonnement de la pensée védantique dans le but de trouver ce Brahman absolu.
PANCHI signifie, cinq - KARANA, causes, parties.

C’est la théorie de la "quintuplication" basée sur la répartition des cinq éléments que sont les TATTWAS, dans la matière phénoménale, et cela en répartition équilibrée ou en déséquilibre. (Terre, eau, feu, air, ether).
Elle s’apparente en fait à la pratique méditative du LAYA CHINTANA.
LAYA signifiant involution - CHINTANA, contemplation.

C’est une technique méditative reposant plus sur le fait de penser que sur le fait habituel de calmer le mental. Elle procède de l’absorption du plan grossier vers le plan plus subtil éthérique, par la résorption des fonctionnalités du corps aux cinq éléments qui le constituent. Lorsque le méditant s’aperçoit qu’ils ne sont pas Brahman, ils peuvent être absorbés par les techniques d’éthérisation ou niés par le neri-neti.


Ce principe de "quintuplication" prend toute sa place dans la connaissance du corps et des effets des cinq éléments en lui ou sur notre mental. Puisqu’ils peuvent se combiner en proportions équilibrées ou déséquilibrées, ils peuvent engendrer harmonie ou souffrance.
Exemple ;
Trop de raideur dans le corps est le signe de l’aggravation de l’élément Terre et de sa lourdeur. C’est là même une des bases du diagnostique ayurvédique.




- MAHAVAKYAS

Dans l’éducation spirituelle védantique, les MAHAVAKYAS sont les grandes proclamations et servent de support aux enseignements.
MAHA signifiant grand - VAKYAS, proclamations.

Elles sont issues des Upanishads, et sont très nombreuses. Toutefois, quatre sont très importantes et proviennent de chacun des Védas.

  • PRAJNANAAM BRAHMA
    La conscience est Brahman

    PRAJNA sagesse, conscience - BRAHMA, brahman. La nature de Brahman est existence et conscience cosmique.
    issue du RIG-Veda.



  • AHAM BRAHMA ASMI
    Je suis Brahman

    Non identification aux agents limitants.
    issue du YAJUR-Veda



  • TAT TWAM ASI
    Tu es Cela

    Initiation par le maitre spirituel.
    issue du SAMA-Véda



  • AYAM ATMA BRAHMAN
    Ce SOI est Brahman

    Unification de ce principe par le méditant.
    issue de l’ATHARVA-Véda




- l’ADHYAROPA
Enfin nous ne pouvons pas ne pas parler de la théorie de l’ADHYAROPA lorsque nous cherchons la vérité védantique.

L’Adhyaropa est le principe de sur-imposition qui dénonce le pouvoir couvrant que crée le monde phénoménal sur la conscience individuelle.
Le Védanta part du principe que l’homme ordinaire est un "Pashu", lié à la souffrance et à l’illusion par le "pasha", le lien, la corde.
L’homme qui :
*a intégré les valeurs spirituelles,
*qui n’est plus soumis à la souffrance due à l’illusion,
*qui n’est plus soumis à l’identification erronée à ses agents limitants,
*qui cherche l’éveil de la conscience par la libération de l’énergie primordiale en lui,
sera libéré du lien.


Pour cela, il nous faut partir du principe que les trois états ordinaires, (rêve - sommeil - veille) ne sont pas des états d’éveil.
Autrement dit, même éveillés, nous sommes loin de l’état de conscience et de pensée pénétrante !

Seul le quatrième état, est celui de l’éveil. C’est l’état de Turya, de Brahman, à qui l’on attribue le chiffre quatre.
C’est l’état de la conscience par l’éveil de l’énergie primordiale qu’est la shakti.

voir tableau



En conclusion, le Védanta parle de l’illusion. Pour éviter toute confusion.

- Maya est l’illusion, le monde phénoménal, par rapport à Brahman, l’absolu inqualifiable et seul considéré comme réel.


- Avidya est l’ignorance de la réalité telle qu’elle est.


- Upadhis sont les voiles de l’illusion voir agents limitants.
S’identifier à eux n’apporte qu’Avidya, et ne permet pas la vision de l’absolu.


Rishi



hari om tat sat

Jaya Yogacharya

bibliographie :
"Méditations et Mantras" de Swami Vishnou Devananda.
"LE VEDA", textes traduits et présentés par Jean Varenne.
"Les Upanishads majeures" de Guy Rachet.

 

Get Adobe Flash player
 
 
FORUM DE L'ARTICLE

 
 
Articles connexes :

Textes sacrés
  Les Yantras des Tattwa
  Les stratégies de la pensée Védantique
  Gayatri Mantra
  Les six obstacles à la pratique
  Mantras pour Surya Namaskar
  DASHA VIDHA PAREEKSHA
  Le Yoga de Patanjali
  Brahman
  Sri Suryastakam
  Les Chakras niv1, les yantras simples
 
Voies philosophiques
  Introduction
  "Detached love"
  Swami à Madras
  Virya, l’enthousiasme inébranlable...
  Bibliographie pour les aspirants en spiritualité
  Les Yoga Sutra - Sadhana Pada - 2ème chapitre - B
  La pensée pénétrante...
  Dharma
  VOEUX de JAYA 2017
  Qu’est ce qu’un muni ?
 


Accueil Actualités Plan du site Contacts Recherche



Copyright © CENTRE JAYA 2017
Réalisé avec SPIP
Centre Jaya 6 place de la liberté 97490 Sainte Clotilde
téléphone : 0262 73 04 00

facebook