• 6 place de la liberté, 97490 Sainte Clotilde
  • +262 262 73 04 00
  • centrejayayoga@gmail.com

Tonalités

Qu’il est long ce chemin qui nous mène à la sagesse !
En vous parlant au dernier cours de Kriyā yoga क्रिया avancé des mātṝkā मातृका, les śakti शक्ति inauspicieuses, j’ai cité l’une d’entre-elles pour sa faculté d’animer en nous les blâmes et les injures que l’on se fait à soi-même, des plus évidents aux plus subtils.
Je vous disais d’ailleurs que pour ma part, l’injure que je me faisais était d’accepter de vivre dans ce monde si bruyant et si violent.

Et vous, quelle est donc votre propre injure ?

3

Il y a deux aspects dans la problématique de nos propres injures ; nos justifications intérieures qui nous figent dans cette situation d’auto-blâme et le monde qui détermine les moyens de cette injure.

Cette analyse peut s’appliquer à chacun de nous.
Déterminer ce qui n’est pas digne de nous permet de reconsidérer nos priorités.

Pour changer la situation, il nous faut donc faire l’introspection de nos propres arguments mais aussi comprendre quelles clés nous devrions utiliser afin que nos intentions intérieures et les réponses du monde extérieur à ces dernières soient en phase.
Pour cela, ll nous faut donc apprendre à changer la couche de notre monde.

Nous sommes pour la plupart de nous enchâssés dans un contexte de vie que nous avons mis en place par les choix plus ou moins anciens de nos pensées, de nos désirs et de nos actions.
Nous avons crée la couche de notre monde où nous jouons un ou plusieurs rôles dans un monde fait d’une infinité de couches qui s’interpénètrent ou se juxtaposent.
Dans ce monde qu’est le nôtre, fait d’ innombrables interactions avec des objets et des personnes, comment identifier ce qui en dehors de ces interactions, nous rend véritablement heureux ?
Nous revenons là au ressenti de l’âme, dont nous avons longuement parlé la dernière fois. voir conf " La rencontre "

Si nous acceptons de laisser de côté tout ce qui relève du matériel, alors il est plus aisé de nous reposer la question ; « Suis-je heureux ? ».

Que votre univers de vie soit aisé ou non, bienveillant ou non, êtes-vous profondément heureux dans ces conditions de vie ?
Recevez-vous ce à quoi vous aspirez et les circonstances de votre existence vous sont-elles favorables ?

Certains se sont déjà posé la question et ont agi.
Souvenez-vous ! Tout semblait être tranquille, équilibré, harmonieux en surface et pourtant vous aspiriez à autre chose car vous n’étiez pas comblé. Vous avez changé !
Votre situation est devenue plus chaotique que jamais mais vous êtes entré dans une expérience intense faite de nouveautés et êtes en train d’installer de nouvelles bases.
Ou bien,
Souvenez-vous ! Tout était dissolu et chaotique et là encore, vous avez changé !
Vous avez enfin trouvé plus d’harmonie.

Chaque choix, chaque changement, chaque intention intérieure d’obtenir mieux donnera une réponse de l’univers qui n’est pas forcément immédiate.
Si vos intentions sont louables, il vous faudra faire conscience à l’univers, il sait ce qu’il fait. Si votre intention, votre cœur et votre esprit sont en accord avec l’ordre cosmique et votre âme, alors l’ordre cosmique enlèvera tout chaos de votre existence.

La qualité des nuances de votre couche du monde détermine le tableau dans lequel vous vivez. Soit votre vie est un tableau d‘Edvard Munch, soit un tableau d’Antoine Watteau ou un Georges de La tour sans tomber dans la caricature ou d’un point de vue contemporain, un tableau de Catrin Welz Stein ou un de Pierre Soulages, pour ne citer qu’eux.

1

Les tonalités de votre esprit, la palette de vos pensées, déterminent le type de luminosité possible ou non que vous pouvez dessiner dans votre monde.
Moins vous serez soucieux de nuances suaves, de la délicatesse des clairs obscurs, de la quête de l’illumination, de l’état contemplatif de chaque jour, de l’état de paix, plus vous mélangerez vos couleurs avec ignorance et plus vous obtiendrez du marron informel inapte à toute œuvre éclatante.
Autrement dit, plus vous nourrissez des pensées obscures, négatives, des ressentiments, des colères, des rejets, plus votre réalité sera à cette image.
Plus le rejet du monde augmentera en vous, plus le monde cimentera ce rejet en obscurcissant votre palette.

2

Je vous l’accorde, voir la beauté du monde dans ce monde actuel de pandémie du covid, dans ce contexte économique et géopolitique tendu est une prouesse optique.
Les verres de nos lunettes actuelles sont bien obstruées.

Mais il y a le monde et il y a votre monde !

De la même façon que l’on nettoie ses lunettes, ses poubelles, de la même façon, il faut savoir nettoyer son univers intérieur des carcans mentaux et émotionnels afin que notre propre monde nous apparaisse propre et lumineux.
Ce n’est pas parce que la rue est sale que vous ne devez pas nettoyer chez vous.
En balayant devant notre porte, nous grandissons.

Plus que jamais, dans le monde gris d’aujourd’hui, vous devez garder votre luminosité intérieure. Le monde des hommes apparait très encrassé au regard de la luminosité de la nature, resplendissante à chaque aube. R.Tagore ne nous invitait-il pas à devenir nous-même, chaque matin, cette promesse éternelle ?
Le commun des mortels en est bien loin !
Les hommes n’ont jamais hésité à larguer des bombes dans un magnifique ciel bleu.

Dans ce monde chaotique où nous sommes ballotés, rester centré en état d’observateur et de témoin est tâche délicate.
Notre réalité est aussi faite de couches des autres qui s’interpénètrent avec les nôtres.

6

Aujourd’hui, nous subissons cette pandémie par ce processus d’interpénétration, tant physique que mental et nous sommes absorbés malgré nous dans des zones impures et chaotiques de systèmes énergétiques à grande échelle.

Notre réalité se teinte à notre insu de la grisaille des autres, de la maladie du groupe, de la déprime de la société bancale à laquelle nous appartenons.
La réalité de notre propre couche se voile de cette déprime de façon imperceptible, nous entrainant sur des couches négatives. Et c’est ainsi que sans avoir forcément le covid, ce glissement imperceptible va causer un manque d’énergie, un mal physique, des émotions négatives, des discours pessimistes, une vison subjective de la situation, car nos attentes lumineuses non seulement ne se réalisent pas, mais ont été effacées à notre insu par la contamination mentale et énergétique d’un grand nombre de personnes.

Il est donc urgent et nécessaire de réajuster votre propre monde en le sortant des zones obscures et impures du groupe et en l’amenant vers des zones claires de l’univers.
Comment faire ?

Deux façons efficaces s’offrent à vous ;
D’une part, la pratique spirituelle régulière qui soigne votre corps, préserve votre propre vigilance, votre liberté intérieure. Elle nourrit tous les plans de l’être du physique à l’esprit, en passant par la recharge énergétique, le maintien de l’état d’observateur. Elle nourrit surtout une aspiration à un état plus élevé et plus lumineux en nous donnant de réels outils.
Elle façonne patiemment les plus belles couleurs sur votre palette.

L’autre façon de nous éloigner de ces zones obscures du monde d’aujourd’hui, est de se faire plaisir, de nous occuper de nous-même.

Aussi importants et sérieux que nous soyons, nous sommes si fragiles et si balayables.
Nous sommes les premiers à nous maltraiter nous-mêmes.
Il est donc nécessaire de faire une activité qui vous remplit, qui vous fera le plus grand bien.
Vous êtes sans arrêt amarré à votre bureau ou à votre ordinateur ! Allez marcher dans les bois cueillir les champignons ou faire du bateau.
Vous êtes sans arrêt dans la cérébralité ! Allez peindre, faire de la poterie, faire du sport, des tartes aux pommes.
Vous êtes sans arrêt dans l’effort physique ! Allez-vous mettre dans un transat plusieurs jours avec un bon livre.
Vous êtes dans une voie trop sérieuse ou trop grave ! Allez vous amuser.
Vous vous amusez trop et consommez trop de produits toxiques ! Allez faire un jeune physique et mental.
Vous parlez trop ! Allez faire silence.

5

C’est ainsi que vous corrigerez la réalité de la couche de votre propre monde, en vous faisant du bien.
C’est élémentaire n’est-ce pas !

Et pourtant, les êtres sérieux que nous sommes dans ce monde opprimant oublient souvent de le faire, moi la première.

Dans votre prochaine balade, emmenez avec vous votre monde, vos intentions, votre palette, vos pensées lumineuses, vos couleurs chatoyantes. N’allez pas vous amuser dans le monde gris des autres où les pièges sont nombreux.
N’oubliez jamais que lorsque vous donnez du crédit aux systèmes phagocytaires, vous aurez à payer des frais supplémentaires, ne serait-ce ceux de la désillusion de les avoir côtoyer et du peu d’intérêt obtenu à ce contact. Le choix des proches dans ce temps de nettoyage, de restructuration de votre monde, ne doit pas forcément se porter sur la famille, les amis habituels ou les relations mondaines.

Le choix des proches dans ces moments là doit être judicieux.
Soyez donc vigilants sur leur propre palette, leurs énergies, leurs niveaux de conscience, leur quête et leur luminosité.
En vous souhaitant, pour le temps à venir, reconfiné ou non, le nettoyage de votre monde le plus joyeux possible.

Hari om tat sat
Jaya yogācārya

Bibliographie ;
- « Le rire du Sage » d’Omraam Mickhael Aïvanhov aux edts Prosveta » ( non en fait aucune sources)
- « Au-delà du moi » d’Arnaud Desjardins aux edts La table ronde » ( très peu)
- « Les pommes tombent du ciel » de Vadim Zeland aux Edts Exergue ( un peu)
- Commentaire et adaptation de Jaya yogācārya ( beaucoup de moi )

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?


Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)