• 6 place de la liberté, 97490 Sainte Clotilde
  • +262 262 73 04 00
  • centrejayayoga@hotmail.com

"Ré-création"

Conférence donnée par Jaya Yogācārya en cours de méditation du 28 juin 2019

Lors de la dernière conférence, nous avons réfléchi sur ce qui fait qu’une existence est réussie ou non.
La seule personne apte à pouvoir répondre est seulement nous-même.
Ce n’est pas « ce que les autres en pensent » qui compte, c’est ce que « nous en pensons nous ».

3

Certains pensent cependant, que pour sentir personnellement son existence réussie, nous avons besoin que d’autres le pensent aussi.
Ils ont besoin d’une approbation des autres pour se sentir vraiment satisfaits.

Un maître n’a besoin d’aucune approbation pour être.
S’il a éradiqué l’égo et les inquiétudes, il ne jouera pas le rôle du père ou de la mère avec leurs attentes, leurs projections, leurs inquiétudes envers leurs enfants.
Il est là pour guider ceux qui veulent être guidés et n’impose rien.

Si vous suivez un guide, c’est que vous avez besoin de son aide car vos existences sans son enseignement ne vous conduisent pas facilement à la sérénité, à la paix du cœur, à la santé physique et mentale.
L’ existence vous a imposé vos parents, et enfant, on vous obligeait à aller à l’école.
Les ordres et contraintes des parents ou des professeurs ont pu développer en vous des résistances, mais quand vous suivez un guide, vous y allez librement. Vous êtes prêts à accepter l’enseignement.

Dans notre société aujourd’hui, plus que jamais, on consomme, on prend ce qui nous intéresse et on laisse ce qui nous paraît moins important.
La consommation du savoir spirituel est morcelée.
C’est l’œuvre du mental qui pense être maître à bord et apte à faire la synthèse ensuite.
L’ aspirant peu évolué traite souvent avec condescendance certains aspects de l’enseignement alors qu’il ne sait pas encore ce qui est important et ce qui ne l’est pas.
Certains entretiennent le corps et les postures sans voir la nécessité de travailler leurs mécanismes mentaux par la méditation.
Certains entretiennent la relaxation sans aller choquer le corps et ses inerties.
Certains réveillent les énergies subtiles en négligeant les faiblesses mentales et physiques.
Certains ne voient que la métaphysique et le raisonnement intellectuel sans ouvrir le cœur au rituel et à la Bhakti भक्ति, ou inversement, etc.

L’enseignement parfois semble vous dire des vérités simples, celles qui sont données aux enfants dans l’éducation.
Ces vérités sont en fait de très grande importance et vous font découvrir la connaissance sacrée qu’elles renferment.
De simples conseils élémentaires mis en pratique pendant des années de façon consciente révèlent leur importance fondamentale. Ce qui semble être des conseils comportementaux, peuvent devenir des habitudes et être la clé de votre évolution.
Par exemple,
- un conseil simple ;
« Ne remettez pas au lendemain ce que vous pouvez faire aujourd’hui ».
- un conseil apparemment simple mais en fait plus subtil et plus métaphysique mais relevant du même principe ;
« Passer du Deux au UN ». voir conf « Le Réglage intérieur »

C’est ainsi que de nombreux aspects de votre existence peuvent être mis en ordre.
Avant la pratique, vous étiez facilement fatigué, avec des moments dynamiques et dépressifs. Vous observez maintenant que votre pratique spirituelle vous apporte une très grande énergie que vous savez ne plus gaspiller. Dans cette démarche de l’éveil, vous êtes beaucoup moins emporté par le courant du monde et vous comprenez que beaucoup d’aspects de votre vie ont été transformés et peuvent encore l’être.
C’est cela la vie consciente ; une vie que l’on décide, que l’on mène sciemment dans chaque détail.
C’est cela l’éveil de cette buddhi बुद्धि lumineuse qui permet de s‘élever au dessus des carcans du mental humain.

La société d’aujourd’hui, paradoxalement, avec tous ses possibles entrave souvent toute aspiration au subtil. Saturation des sens, expérimentations tous azimuts, hyper-activité, acharnement au travail boycottent sans cesse votre petite heure de méditation, votre lecture, votre cours, votre stage, bref, votre travail d’intériorisation.

Il ne s’agit pas de méditer qu’une heure par jour. Il s’agit que toutes les heures du jour soient imprégnées de l’enseignement, deviennent cette existence purifiée où tout acte inutile est éliminé.
C’est Cela, le Chemin.

Il vous faut décoller intérieurement.

Ne gaspillez plus votre existence et pensez au Dharma धर्म voir "Savoir qui l’on est".

4

Dans votre existence, vous devez mettre la cohérence et l’ordre là où il y a l’incohérence et le désordre, voire l’anarchie.

Si vous êtes en ordre avec le cosmos, vous serez en ordre intérieurement.
Cela ne relève pas d’une loi morale. Cela relève d’une loi naturelle.

L’ordre ne veut pas dire une attitude active qui maintient toujours le mental occupé en s’acharnant à travailler sans répit.
Certes, la réalisation de soi-même passe aussi par le travail, mais l’action juste nécessite aussi de gérer des temps de repos.

La récréation est une "re-création" de vous même, une ré-initialisation.

Si vous voulez voir un film, faites le pleinement, avec une pensée établie dans la présence à soi-même, à l’instant, pleinement, avec votre corps, vos émotions, sans penser à vos dossiers en cours qui attendent sur votre bureau.
N’allez pas à la plage avec votre laptop !

Si vous voulez danser, dansez librement, totalement, tant que vous en avez besoin, inutile de culpabiliser.
L’important est de le faire consciemment.

Sachez faire la fête, mais faites-la comme un dieu.
Il ne s’agit pas de faire n’importe quoi et de perdre le contrôle au détriment de votre intégrité. Il s’agit d’être heureux et libre.

2

L’action reste l’action et quelle qu’elle soit, elle est toujours importante.
Il n’y a pas de petite action et de grande action.

La cérémonie du thé dans la tradition zen illustre bien cela.

En permanence dans la vie, vous agissez, vous ouvrez une porte, vous épluchez des fruits, vous conduisez, vous parlez.
Dans chaque action, vous devez être là, présent à vous-même.
Dans chaque action, il vous faut vous engager.
Ce n’est pas caricaturer les gestes ou les mots parfaits d’un maitre ou d’un autre.
Soyez vous-même, authentique.

Si vous devenez présent à vous-même à chaque instant, alors naturellement, vos gestes et vos mots prendront la noblesse de la conscience. Vous exprimerez votre propre noblesse.

Votre vie nécessite de votre part un accomplissement.
Travail, relations, acquisitions des biens, maintien de la santé mais aussi les distractions, tous sont impliqués dans cet accomplissement.

Vos distractions ne sont pas dissociées de ce que vous faites ici au Centre.

Toutes les situations de votre vie quotidienne sont des occasions pour comprendre votre fonctionnement mental, avec ses attractions, ses répulsions, ses travers, ses faiblesses et ses forces.

Aucune action ne doit être entreprise sans réflexion, mais une fois prise, elle doit être librement menée, en « cessant de penser dans l’action » , si vous avez la certitude que vous êtes sur la ligne juste qui vous amènera au but.
Pourquoi cela ?
Parce qu’une buddhi lumineuse et libre peut vous permettre de voir et non plus de « penser ». Cette buddhi lumineuse voit la relativité du monde mais de façon non illusoire. Elle vous permet alors d’accéder aux profondeurs du réel derrière la surface.

Les activités courantes de l’existence permettant d’assurer nos moyens de subsistance nécessitent des actions justes, des paroles justes, une acquisition juste.
Les Upaniṣad उपनिषद्. disent que l’action juste conduit à une vie purifiée et des fonctions purifiées et par là-même, à la vision juste et à la libération.

Les actions justes ne relèvent pas ici d’un ordre moral mais de cette qualité d’être présent et pleinement conscient à soi-même.

On ne peut accéder à l’absolu que par le relatif de notre existence manifestée. Sans ces actions justes, à savoir cette présence totale à soi-même, il ne peut y avoir de perception non illusoire du relatif. Nous ne pouvons pas éveiller cette intelligence lumineuse.
Toutefois, vous ferez encore dans vos actions, des erreurs.
C’est le propre de l’apprentissage du monde.
Se tromper fait aussi partie du chemin et de l’enseignement.
Acceptez-donc à l’avance que vous vous tromperez encore, que vous accomplirez encore des actions qui ne vous satisferont pas totalement. La remise en cause de vos habitudes, la vigilance, l’effort du travail spirituel, le sentiment d’avoir vraiment fait ce que vous pouviez faire, installeront la paix en vous.

5

Il est donc temps de partir en vacances, d’aller en re-création.
Mettez dans vos valises un peu de ce savoir spirituel qui vous permettra de danser comme un dieu sous le ciel étoilé, en n’oubliant jamais de rester centré sur l’absolu de votre être.

Hari Om tat sat

Jaya Yogācārya

Bibliographie :
- « Le Vedanta et l’inconscient » d’Arnaud Desjardins aux edts de la Table ronde
- « Contemplez ces vérités » de Swami Chidananda aux edts Terre du Ciel
- Adaptation et commentaire de Jaya Yogācārya

©Centre Jaya de Yoga Vedanta Ile de la Réunion

Messages

  • Merci Chère Guide de la liberté.
    Puissé-je, au long de mes voyages continuer à transporter mon sac du savoir spirituel s’alourdissant au fil des ans.
    Mon Dharma sur le flan, mes yeux en l’espoir d’une Buddhi lumineuse, le coeur ouvert, l’esprit léger, authentique et heureuse, mes pas glisseront purifiés sur les sentiers du chemin étoilé de la
    liberté de la connaissance.
    Avec toute ma gratitude.
    Votre enseignement, vos conseils, je suivrai...
    REACTION
    RE =
    CRÉATION
    RE =
    INITIALISATION
    Ngico

    • La vigilance permet de voir au lieu de vivre en aveugle.
      Pratiquée sans contraintes, vous parcourez la voie royale de ceux qui sont libres.
      Prenez soin de vous, nous prendrons soin humblement de vos pas.
      Jaya Yogācārya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.