• 6 place de la liberté, 97490 Sainte Clotilde
  • +262 262 73 04 00
  • centrejayayoga@hotmail.com

"Votre plus beau chant ..."

Conférence donnée par Jaya Yogācārya en cours de méditation du 7 fev 2020

Nous voilà réunis pour reprendre avec joie ce chemin de la conquête de soi.
Lors des nombreuses conférences faites cette année, nous avons abordé des aspects pointus de la montée de la Kuṇḍalini कुण्डलिनि, utiles aux pratiquants du Kriyā Yoga क्रियायोग et nous continuerons cette ascension dans vos niveaux respectifs.
La montée de la suprême énergie dans votre être n’est pas dissociée de la maturité spirituelle et psychologique nécessaires à réaliser cette expérience.

C’est pour cela que nous avons abordé de plus, dans la préoccupation permanente de l’évolution harmonieuse de votre être et de son intégration dans ce monde, les concepts du rappel à la conscience.

2

N’oubliez pas que la conscience de soi est le chemin de la conscience du SOI, et que se donner des missions spirituelles comportementales, c’est s’exercer au rappel à soi dans toute situation.
Rappel à soi revient au rappel de l’absolu en soi.

Cela ne peut se faire sans une vigilance permanente et flexible. Elle doit être à la fois celle que l’on pratique à soi-même et celle que nous exerçons dans les situations extérieures.
La vision de vos réactions fera grandir en vous cette conscience.
Souvenez-vous, nous ne connaissons pas ce que nous croyons connaître et c’est pour cela que nous ne sommes pas libres. La nécessité d’avoir un regard neuf à chaque instant sur notre environnement revient à comprendre le réel, voire le modifier.
L’état de témoin objectif ou de fin observateur bienveillant sur nous-même et sur le monde nécessite que cette vigilance permanente doit être faite sans crainte ni effort soutenu.
L’absence de crainte dans l’observation des mécanismes de notre mental lorsque celui-ci obstrue notre vision de l’absolu en nous, permet d’enlever toutes les tensions et justifications.

Qui dit pratique spirituelle, dit savoir et outils pour fixer ce savoir.
C’est ainsi que la simple formule « Faire de deux, Un et le faire dans l’ ici et le maintenant" est un outil précieux. Espérons que vous avez su l’utiliser !

"Passer du deux au Un", c’est une des plus fines Sādhana साधन qui soit.

Tout étant déjà là dans l’instant présent, ce réglage intérieur permet de réaliser l’unité en soi et apporte la solution à l’agitation et l’éparpillement de votre être qui ne voit pas avec clarté les évidences pour lui-même.
Confiance, absence de crainte, constance sont les qualités d’une pratique spirituelle vouée au succès.

Pour cela, votre point de vue de vous-même et du monde peut changer.

Il y a deux possibilités :
Soit vous considérez que votre condition habituelle et le monde sont insatisfaisants et sont la norme, et qu’il vous faut œuvrer dans les processus de purification pour les changer afin d’apporter en vous la sérénité.
C’est en effet ce que le plus souvent les gens éprouvent ou font.
Soit vous inversez le processus.
Vous vous considérez tout de suite, tel que vous êtes, comme critère de paix et de plénitude et constatez les mécanismes psychologiques perturbateurs qui apparaissent et qui font disparaître d’une façon ou d’une autre, cette paix.

Soit vous considérez la réalité que vous percevez inchangeable, soit vous changez la réalité.
Que cela veut-il dire ?

Que tout est déjà là !

La liberté, la Sagesse, la Conscience, la Paix sont déjà là dans les plans de l’absolu.
Si elles n’étaient pas là, elles relèveraient du monde des phénomènes, de ce qui est crée, causé, relatif. Elles auraient un début et une fin car produites par des causes.
"La paix" dont parlent les sages est un état de l’absolu immuable accessible à l’homme, car déjà en lui. Mais pour cela, il lui faut s’éveiller.

On est éveillé ou on ne l’est pas !
Le mental a été détruit ou n’a pas été détruit !
On perçoit le monde à travers l’égo ou on perçoit le monde avec la Conscience, sans égo !
On perçoit le monde et soi-même avec l’esprit subjectif ou on perçoit avec l’âme !
Tout relève de vous, de votre capacité à entendre, à vous entendre vous-même, à entendre le monde, à écouter vos demandes intérieures, secrètes, celles de votre cœur, celles de votre inconscient, celles de votre esprit, celles du subconscient.

Tout relève de votre connexion à votre âme.

3

Votre âme ne demande rien. Elle est là, elle attend que vous compreniez son langage. En elle se trouvent toutes les réponses et les solutions.
Vous ne serez jamais aussi près d’elle que lorsque vous acceptez juste d’être. Être Là, ici, à l’intérieur de toutes les formes du monde manifesté.

Ātman आत्मन्, l’âme est non-née et libre.

Elle appartient à la Conscience infinie dont parle tous les enseignements.
Cette Conscience sans forme, sans mesure, totalement libre est déjà là en chacun.
Cette Conscience Est !
Elle est par elle-même, sans changements, sans modifications. Rien ne lui manque, rien ne peut lui être enlevé ni ajouté.

Les hindous l’appelle Pūrṇam पूर्णमा, Ātman, les Bouddhistes śūnyam शून्य.

Pour le commun des mortels enchâssés dans leurs états de conscience limités, insérés dans leurs processus de causes et d’effets, cette idée de Conscience absolue est difficile à concevoir, à expérimenter.

Si vous regardez un ciel bleu immaculé et que passe un oiseau, l’homme ordinaire va se fixer sur l’oiseau. Si vous ne voyez plus que l’oiseau, votre conscience entière a pris la forme de l’oiseau et vous ne voyez plus le ciel bleu immaculé. Ciel bleu immaculé, Océan, lac immobile sont autant d’exemples.

Le sans-forme est dans les formes et les formes sont dans le sans-forme.
"Les formes de conscience limitées sont dans la Conscience illimitée et la Conscience illimitée est dans les formes de conscience limitées", nous dit A.Desjardins.

Apprenez à ressentir ne serait-ce qu’un bref instant que vous êtes aussi ce silence, ce ciel immaculé, ce lac immobile, sans un soupçon de vague, sans peur.
Vous êtes un être libre, libre de danser, de courir, de voler, de prendre ce qui vous revient.
Ce qui vous caractérise dans tout cela, c’est l’immobilité fondamentale à partir de laquelle tous les mouvements sont possibles.
Cette Conscience potentielle de développement est en fait un état totalement heureux et apaisé car sans crainte, stable, établi, ne demandant rien, ne refusant rien, immobile mais hautement créatif.
Dans ce silence intérieur, la dualité disparaît et la Conscience est pleine ou vide, c’est la même chose.

C’est l’état méditatif, contemplatif et cet état peut être accessible à tout moment spontané de l’existence.

Il suffit pour cela d’écouter son âme et d’aligner son cœur et son esprit sur elle.

Apprenez donc à écouter le chant de votre âme et faire taire les cacophonies de votre esprit.
Percevez les frémissements de votre cœur.
Tout est déjà là !
Accordez votre tessiture à celle de l’univers et l’univers chantera pour vous.
Ni idéalisation ni mécontentement envers lui n’ont leur place dans votre chant.
« Délicat de juger ce que nous n’avons pas créé nous-même » vous dira t-il !
Mais il vous dira aussi ; « Tout est là ! »
« Cesse de marcher en aveugle et espérer obtenir ce qui est déjà à portée de tes mains. »

Bien sûr, un grand nombre de personnes non établies dans la quête spirituelle et la transcendance, ont des buts bien plus pragmatiques tels que la renommée, la richesse, la santé, l’amour, la réussite sociale, etc.
L’univers est là pour chacun d’entre-nous, mais nous recevrons de lui le meilleur à condition de lui donner le plus beau de nos chants.

1

Au vu du chaos que beaucoup d’hommes font et ont en eux, il y a grande difficulté pour chacun d’entre-eux à devenir pour lui-même et pour ses proches, un vecteur suffisamment lumineux et purifié pour échanger avec l’absolu, avec l’Univers.
C’est le propre des pratiquants spirituels de travailler à cela.

Pour la majorité des hommes, Il est difficile de faire des choix éclairés quant aux buts qu’ils se donnent, s’il s’en donnent !
La toxicité des modes de vie, les dépendances aux systèmes, familiaux, sociétaux, professionnels, religieux, etc. rendent difficile l’accès à la véritable liberté intérieure qu’apporte l’éveil de la conscience.
Hélas, nous sommes tous dépendants de façon plus ou moins violente et déguisée d’un système.

Pourtant l’homme a la liberté de choix.

Mais sa liberté commence avec l’identification de ses dépendances à de nombreux systèmes qui ne sont là que pour prendre son énergie vitale.

Votre employeur par exemple, d’autant plus si c’est une grosse machinerie nationale, un grand groupe, n’est pas là pour prendre soin de vous, mais pour prendre votre énergie en vous rendant dépendant de lui afin que lui fonctionne, grossisse ou se renforce.
En contre-partie, il vous apporte un salaire.
Ce n’est pas là une pensée anarchique qui vous invite à tout faire voler en éclats, à commencer par votre sécurité financière.

Si effectivement financièrement vous êtes dépendant d’un tel système, il vous faut identifier cela et ne pas donner votre âme en pâture à ce système.
Ce que le système attend de vous, c’est un travail irréprochable et parce que vous êtes payé pour cela, donnez le.
Mais n’y investissez pas votre âme !  !

Et cela vaut pour n’importe quel système dont nous sommes dépendants, petits ou monstrueusement grands. Système médiatique, système de consommation, système de santé, etc.
Investissez raisonnablement dans les systèmes en dosant la quantité d’efforts suffisante pour obtenir la meilleure qualité de votre travail. Jouez votre rôle à la perfection.
"Jouez" est bien le mot. Jouez en étant sincère et positif. Aucune stratégie négative de simulation ne vous est demandée.
Il vous est proposé juste de survoler ces plans là afin d’être plus libre, moins fatigué, plus heureux, même au travail.
Devenez suffisamment léger mais conscient pour donner le meilleur de vous dans votre travail mais ne donnez pas votre absolu, votre âme à ces systèmes qui ne sont pas là pour vous donner de l’énergie vitale mais vous en prendre.

Si cependant vous arrivez à vous réaliser passionnément par votre travail, alors c’est que vous êtes à votre place et que vous avez appliqué la liberté de choix.
Toutefois, si vous basculez par excès de travail et d’investissement personnel dans une fatigabilité chronique, c’est qu’il vous faut peut-être réajuster cet investissement et redevenir vigilant, se rappeler à soi, au SOI.

4

Cet absolu, préservez-le pour vous-même, pour vos proches, vos passions, vos objectifs élevés, vos aspirations profondes, pour vos créations artistiques, pour votre quête spirituelle.

Ayez confiance, Tout est déjà là.
Hari Om tat Sat

Jaya Yogācārya

Bibliographie :
- « Au delà du moi » d’Arnaud Desjardins aux éditions de la Table Ronde
- Commentaire et adaptation de Jaya Yogācārya

© Centre Jaya de Yoga Vedanta La Réunion

Messages

  • Votre sagesse nous gratifie et nous honore, ChèreGuide !
    Puissions-nous réussir notre quête, les yeux bien ouverts,
    ainsi goûter pleinement, la liberté vraie :
    "celle de notre âme", chanter de concert avec elle sa mélodie
    lumineuse avec une totale confiance.....
    Merci Jaya.......... Ngico

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.