• 6 place de la liberté, 97490 Sainte Clotilde
  • +262 262 73 04 00
  • centrejayayoga@hotmail.com

Les Bandha बन्ध

Les 3 Bandha बन्ध

Les Bandha sont un ensemble de trois exercices simples en apparence mais qui sont très importants pour la pratique Prāṇāyāma प्राणायाम et Haṭhayoga हठयोग-yoga en général.

Bandha signifie "verrou". Ils concernent trois grandes zones du corps.
- Mūḷabāndha मूळबांध concerne la zone du périnée avec mūlādhāra cakra मूलाधार चक्र.
- Uḍḍiyānabandha उड्डियानबन्ध concerne la zone du ventre avec maṇipura cakra मणिपुर चक्र.
- Jālandharabandha जालन्धरबन्ध concerne la zone de la gorge avec Viśuddha cakra विशुद्ध चक्र.

Nous retrouvons ces zones lorsqu’on parle de concentration, les akasa अकस (espaces).

  • Chiddakasha : zone frontale
    Concerne les trois chakras Viśuddha, Ajña अज्ञ et Sahasrāra सहस्रार.
  • Hridayakasha : zone thoracique
    Concerne les trois chakras maṇipura, Anāhata अनाहत, Viśuddha.
  • Dharakasha : zone pelvienne
    Concerne les trois chakras Viśuddha, svādhiṣṭhāna स्वाधिष्ठान, maṇipura
    voir concentration

De même, l’on retrouve cette hiérarchie de zone lorsqu’on parle des nœuds psychiques les Granthi ग्रन्थि.
voir granthi

Le mot "bandha" signifie donc verrouillage, ce qui sous-entend que nous allons serrer ou contracter certaines zones du corps et cela dans le but d’activer le Prāṇa प्राण.

L’action du Bandha agit à deux niveaux.

  • D’un point de vue physiologique, cela va permettre de masser les organes internes, de stimuler les nerfs et la circulation sanguine.
  • D’un point de vue énergétique, les bandha ont surtout des répercussions très subtiles sur les cakras qu’ils concernent et entraînent de ce fait, par la libre circulation du prāṇa, des expériences énergétiques, psychiques et spirituelles.

En favorisant le relâchement des Granthi (Brahma ब्रह्म Granthi, Viṣṇu विष्णु Granthi, Śiva शिव Granthi), ils libèrent le prāṇa dans le canal central, la suṣumnā nadī सुषुम्ना नदी.

La pratique des Bandha doit être faite sous la compétence "d’un maître ou d’un professeur de yoga, car ses effets ne sont pas anodins.

Tant qu’ils ne sont pas parfaitement maîtrisés, ils doivent être pratiqués isolément. C’est pour cela que nous demandons aux élèves débutants de commencer par mūḷabāndha.
Jālandharabandha viendra ensuite se rajouter.
Quant à Uḍḍiyānabandha , on ne le pratiquera qu’à un niveau un peu plus avancé.

(Anecdote de Jaya - "C’était à Rishikesh en 1995, pendant un cours avec BKS IYengar.
Un nouvel élève prit l’initiative pendant le Prāṇāyāma de rajouter à sa propre initiative Uḍḍiyānabandha alors que le Maître avait déjà donné ses directives.
BKS IYENGAR a stoppé l’immense salle de pratiquants. Il s’est mis dans une colère inoubliable et a centré le regard de tous les participants sur cet élève. Non seulement il rappela cet homme à l’ordre en mettant en évidence son égo et sa désobéissance, mais de plus, il insista longtemps sur les effets dévastateurs sur les organes internes d’une pratique mal faite. Cet élève doit s’en rappeler encore !" )

Ces pratiques sont très puissantes et doivent donc être réalisées progressivement.
Elles ont pour but d’éviter la dispersion du Prāṇa afin de le transformer et le réorienter dans le corps. C’est lorsque le yogi les maîtrise, que les facultés spirituelles se réveillent.


Les 3 bandha et les 5 Prāṇa

Le prāṇa, l’énergie vitale dans le corps peut se diviser en sous-Prāṇa , voire en Prāṇa secondaires.

Les 5 Prāṇa du corps

  • udāna prāṇa उदान प्राण concerne le prāṇa de la gorge - C’est l’énergie pour la déglutition, la parole, les fonctions hormonales de la thyroïde et parathyroïde, c’est aussi le centre de purification des fonctions psychosomatiques.
  • prāṇa prāṇa concerne la respiration, l’assimilation de l’air vital, la cage thoracique, les poumons.
  • śamana prāṇa शमन प्राण concerne le ventre, l’assimilation, le feu digestif.
    C’est un des réservoirs du prāṇa.
  • apāna prāṇa अपान प्राण concerne l’élimination, la force sexuelle, la reproduction, la motricité des jambes.
  • vyāna prāṇa व्यान प्राण concerne tout ce qui circule dans le corps, l’influx nerveux, le sang, la lymphe.

correspondance des zones entre les bandha et les prāṇa concernés

udāna prāṇa Jālandharabandha
prāṇa prāṇa
śamana prāṇa Uḍḍiyānabandha
vyāna prāṇa
apāna prāṇa Mūḷabāndha

Au fur et à mesure que l’étudiant progresse, il combinera les bandha et ils pourront être pratiqués avec les Aśana अशन, les mudrā मुद्रा et les prāṇāyāma प्राणायाम.
Ces pratiques très puissantes augmentent la chaleur du corps et activent au maximum le prāṇa.
Lorsqu’on pratique Jālandharabandha et Mūḷabāndha en même temps, on réalise le prāṇapana, c’est à dire la fusion des deux prāṇa, udāna prāṇa et apāna prāṇa, qui viennent ainsi augmenter le prāṇa dont le siège est la cage thoracique.

Ces pratiques s’associent en prāṇāyāma avec les kumbhaka कुंभक (rétentions).

Rappel des 4 grands temps de la respiration

Inspir pūraka पूरक
Rétention poumons pleins kumbhaka
Expir recaka रेचक
Rétention poumons vides Śūnyaka शून्यक

Là encore, rappel aux aspirants, que les rétentions doivent être progressives sous peine de dommages aux poumons et de perturber l’arc réflexe respiratoire).

- Contre-indication :

  • Jālandharabandha : ne pas faire si hypertension, maladies cardiaques, hyperthyroïdie.
  • Uḍḍiyānabandha : problèmes cardiaques, ulcères gastriques et du duodénum.
Jalandhara Bandha

pour la pratique, voir les cours au Centre Jaya.

Jaya Yogācārya
©Centre Jaya de Yoga Vedanta de La Réunion

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Copyright © 2019 . Tous droits réservés.