• 6 place de la liberté, 97490 Sainte Clotilde
  • +262 262 73 04 00
  • centrejayayoga@hotmail.com

L’Alchimie Intérieure





Résumé de la conférence donnée par Jaya Yogacharya en cours de méditation le 10/10/04

L’ alchimie du travail intérieur

- Depuis des années, je ne cesse de vous inviter à vous mettre au travail rapidement concernant votre transformation intérieure.



L’être humain est un organisme complexe destiné au processus du vieillissement.



Outre le fait que l’homme perd ses forces physiques en murissant, il gagne très souvent avec l’âge en travers mentaux. Il s’installe bien souvent dans des carcans psychiques, des habitudes comportementales, psychologiques, affectives ou intellectuelles qui l’amènent fréquemment à une grande misère morale et spirituelle, à un âge où il devrait briller de sagesse et de force intérieure.



Pourquoi ce constat chez nos contemporains ?



L’homme en général ne profite pas de l’occasion durant sa plus ou moins longue vie, pour se tourner vers ce qui représente l’essentiel de l’existence : le pourquoi de son passage ici-bas ?



Il passe durant son existence par de nombreux méandres, à commencer par ceux du cœur et des sentiments. Si ceux-là peuvent êtres enjoués et porteurs, ils se désagrègent bien souvent et peuvent devenir violents. La relation de couple en étant le plus difficile exercice. voir ma conférence " Le Libre amour "



L’être humain court après la réalisation de tous ses désirs sans jamais satisfaire son appétit. En terme de désir, il est insatiable !



Il oublie bien souvent que sa vie est à la fois éphémère mais aussi éternelle.

Tout peut arriver, d’un jour à l’autre, d’un instant à l’autre, tout peut changer ;

" La vie ne vous envoie pas de faire part. "



Il oublie qu’étant " sujet " au changement, ses formes sont apparentes et impermanentes. Impossible pour lui de percevoir alors derrière ce changement incessant des formes, ce qui est permanent et éternel.

Lorsque l’homme est incapable de voir le permanent lorsque ce dernier se manifeste, il passe à côté de l’essentiel. Cela peut durer toute une vie si aucun travail sur soi n’est entrepris.



Le Yoga, la Méditation sont ces connaissances qui permettent à l’individu d’être à la fois le cobaye et l’expérimentateur du champ de sa propre réalité.

Ce sont des voies d’auto-initiation, d’auto-éducation à la connaissance intime de nous- mêmes. Elles nécessitent deux qualités : le courage et le discernement VIVEKA.





- "N’attendez-donc pas de ne plus avoir les forces mentales et physiques pour vous mettre au travail. Bien que votre intellect soit fort à ce jour de sa pleine maturité, ne surestimez pas votre capacité à vous détruire. L’émotionnel, le psychologique, l’affectif, l’usure de la vie vous attendent au tournant."





- "Pour éviter les dégâts, façonnez sur l’établi de votre vie, l’être que vous serez demain."


Le Yoga, la Méditation, pratiques millénaires ayant déjà fait leurs preuves, sont ces outils disponibles sur votre plan de travail. Tel un bon artisan, prenez soin de ces outils, rangez les bien à leur place et usez-en au moment juste.

Apprenez la bonne utilisation des outils du Yoga pour polir le corps, pour affûter l’intellect, (buddhi). Prenez un serre-joint pour contrôler le mental, car il est crucial de le connaître, il n’écoute pas, il s’égare, il commet des choses qu’il regrette ensuite.



Etre très intelligent, avoir une bonne mémoire pour retenir toutes les bases de données du monde, savoir distinguer le bien du mal, n’épargne pas la possibilité de rester l’esclave de soi-même. Règles morales, juste éthique, connaissances spirituelles sont l’orfèvrerie d’un tout travail bien fait.



Les Maîtres le disent : "Très souvent, les chercheurs spirituels sont comme des pots percés que l’on essaie de remplir. Quoi que l’on fasse pour les remplir, ils se vident en quelques jours.



Entre la prise de conscience d’une vérité donnée lors d’un enseignement et votre capacité à l’appliquer ou l’intégrer dans votre vie quotidienne, il y a un grand saut à faire.
L’alchimie spirituelle est l’art de façonner le savoir, de se servir de la vie comme travaux pratiques afin d’en réaliser ses principes.

Il est donc bien futile d’acquérir si l’on perd sans cesse ce que l’on a acquis.

ll faut alors à chaque fois recommencer le travail, d’où l’importance d’entretenir et "d’arroser les bases" par Abhyasa, la pratique ininterrompue.



Tout comme un apprenti "apprend", un yogi travaille progressivement.



Tout comme un compagnon construit des cathédrales, un Yogi ne doit jamais oublier la place du Divin, du Soi, de Suprême au cœur même de ce lent travail.

C’est cela l’éducation spirituelle.

Dites-vous bien que la connaissance livresque ne suffit pas ! Vous ne serez capable de comprendre la portée du Yoga que si vous croisez un Maître, un "Ancien", un guide qui est passé par toutes ces épreuves.



- Dans le souci de notre propre évolution, nous ne devons pas rester à demi concerné.
Cela doit être une occupation à plein temps.

En vous y appliquant convenablement, alors vous n’aurez plus de temps à perdre à des activités qui ne sont pas essentielles, à des bavardages inutiles, à de vaines occupations.
Votre vie deviendra intense, votre esprit sera en alerte. Chaque jour, vos muscles s’accroîtront, mais aussi votre conscience morale, votre acuité mentale et ils augmenteront de jour en jour.



Vous aurez plus de garanties contre la perte de vous-même.



Cette perte de nous-même est en processus constant dans la poursuite interminable des objets des sens. C’est un asservissement quotidien dans le "Maya Bazar", le marché de l’illusion, comme le disait Swami Chidananda de Rishikesh.



Le problème ne vient pas de l’extérieur, mais de notre for intérieur, de notre façon de nous situer par rapport à ce monde.

Les désirs, Vasanas, habitent même la tête de l’ermite qui médite dans sa grotte.
Ce qui se passe dans sa tête peut transformer sa grotte en enfer.

Quand Alexandra David Neel décrit l’ascèse de ces maîtres, de son maître dans l’ermitage, elle met en évidence le "charisme et le degré de maîtrise" de ces yogis tibétains, qui ne deviennent pas fous malgré une solitude de 12 ans, 20 ans, voire 40 longues années.



Tiendriez-vous seulement 8 jours dans la totale solitude et le noir avec vos propres démons intérieurs ?



Vous pouvez pratiquer toutes les plus belles postures, méditer tous les jours, manger sain, connaître les textes, mais si vous ne travaillez pas intensément à maîtriser vos mécanismes psychologiques intérieurs, vous ne ferez jamais aucun progrès spirituel.

Égoïsme, arrogance, outrecuidance, et mille autres travers sont les "pièces de bois" sur votre établi, que vous devez limer, scier, polir, afin d’en extraire l’œuvre d’art de votre existence.

Apprenez à devenir un être de respect.



Quant à la tâche à accomplir, qu’elle ne pèse pas déjà sur vos épaules avant même de l’avoir commencée. Il vous est dit par ceux qui ont l’expérience, que la pratique spirituelle peut vous permettre de voir le monde autrement, en minimisant la souffrance.
Il vous est dit tout simplement de mettre l’échelle au mur et de la monter pour atteindre un point de vue plus conscient.

Chaque barreau de l’échelle représente ces techniques fabuleuses qui ont traversé les âges jusqu’à nous. A vous de les gravir.

Hari Om Tat Sat

Jaya Yogacharya



Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.