• 6 place de la liberté, 97490 Sainte Clotilde
  • +262 262 73 04 00
  • centrejayayoga@hotmail.com

Sri Kundalini...l’incandescente....




Le principe involutif,

- Dans le yoga, nous travaillons à tenter d’éveiller la Kundalini, symbolisée par le serpent endormi à la base de la colonne vertébrale, dans le Mûladhara chakra.

"Mûla" (ou moola) est la racine, la caverne dans laquelle l’énergie du serpent est descendue au plus bas. A cet endroit là, le "Kundalin" est lové autour du Shiva-lingam.

Mais la nature intrinsèque de l’énergie est féminine.
Elle est la "Shakti des Dieux", mère, épouse et fille à la fois, car c’est par elle qu’ils sont crées et déclarés sacrés. Ils sont "numineux".

Du sommet du crâne "Agra" à la base "Mûla", le système Siva-Shakti montre l’interdépendance des deux.
Sri Kundalini, la déesse, la Maîtresse, est enroulée trois fois et demie. Ses boucles,"Kundalah", signifiant également boucles d’oreilles, bracelets, représentent les trois Gunas de la matière manifestée, la Prakriti. Des Tantrikas du Bengale portent à leurs oreilles de très lourds anneaux en hommage à ce symbole.

Sattva la blanche en son vecteur ascendant, Rajas, la rouge, horizontale, puis Tamas, la noire, désintégrante et descendante, constituent ces trois qualités de la nature, appelées Gunas.
Mais la queue du serpent, la demi-spire représente quant à elle l’état de "gunatita" de la kundalini , à savoir son état au-delà des trois gunas. Au-delà, elle n’obéit plus aux lois de cette nature, et devient Nirguna, sans qualités. En fait, elle ne le devient pas, elle est ainsi à son origine.

Ainsi donc, c’est dans cette caverne qu’elle sommeille attendant d’être éveillée. Lorsque l’éveil se fait, elle entre dans son action ascendante, "Urdhva Karman".

Mais d’un point de vue métaphysique, ce que la pensée occidentale pourrait prendre pour un déploiement vers une manifestation, n’est en fait que son contraire.
Pour le yogi, lorsque l’énergie de Siva, c’est à dire lorsque l’énergie de la pensée descend vers la Shakti la matière, c’est un processus évolutif. Il crée la manifestation et les mondes des formes.
Lorsque inversement, l’énergie de la Shakti monte vers le principe pensant, cela devient un processus involutif. Elle remonte à sa propre abstraction.

La manifestation de la nature obéit, semble-t’il à trois principes.
Apparition, évolution et dissolution.
Début, maintien et fin.
Passé, présent et futur.
Bien sûr cela ne vaut que par notre perception spatio-temporelle sensorielle du monde manifesté. Le milieu est le maintien donc le présent. Le devenir et la fin appartiennent au futur "Uttara". Mais "Uttara" signifie aussi le Nord, ce qui aimante, ce qui donne la direction, ce qui attire et est élevé.
C’est donc vers Uttara, le nord, le sommet du crâne, que Kundalini tend. Dans cette action ascendante, l’énergie de nature feu et incandescente brûlera tout sur son passage, à savoir les mondes créés.
Dame Kundalini les dévore.

Pour ramener le yogi à la conscience pure, elle percera par les nœuds sexuels, affectifs et intellectuels, les justifications de ce dernier qui l’enchâssent dans sa carnation et ses illusions du monde.

Mûladhara chakra est né de la boue. "Dhara" signifie support, soutien mais aussi terre qui est le tattva de ce chakra. Mûladhara chakra est aussi apparenté à l’anus par le nom "Gudham". Or Gudha signifie caché, secret.
Ainsi donc, dans Mûladhara, se cache beaucoup de choses.
Sri kundalini, bien sûr mais aussi le " Para Vâch", la parole cachée, la parole sacrée et secrète.
Elle et Shakti sont forcément là encore, le même principe.
Para Vâch est la vibration première, la racine du verbe, le son subtil et inaudible. Le son psychique du bindu du AUM. "Bindu" est le point d’attraction par lequel l’énergie est aimantée. Mais elle dort.
Si elle s’éveille, ce n’est pas pour maintenir l’état d’illusion qu’est l’état de veille habituel, mais bien pour atteindre un état d’éveil.


Tout individu subit les trois états ordinaires que sont le sommeil, le rêve et la veille .
L’état de veille ne constituant pas forcément un état lumineux chez la majorité.
Ces états de torpeur, d’illusion, et d’agitation sont pour le yoga des états subissant le pouvoir couvrant de l’illusion.
C’est le principe "d’Adhyaropa", principe de sur-imposition de la conscience qui lie l’homme à la souffrance. L’homme devient un Pashu un être enchainé à la souffrance, à la fausse identification de sa réalité. Le lien, Pasha est ce qui le lie.
Un être spirituel, (pas forcément religieux), est celui qui s’est libéré de ce lien. La conscience élargie lui permet d’atteindre l’état de Turya, l’état d’éveil. Sa perception de l’absolu sans qualités sans noms ni formes, est atteinte.

Kundalini a ce but là.
Celui de libérer de ce qui enchaîne. Lorsqu’elle décide de percer sa cavité pour siffler, "la sinueuse" vise sa propre dissolution, son retour à l’absolu. Elle vise sa propre mort.

En devenant sa propre mort, le yogi n’est plus assujetti à elle et ne lui sert plus de nourriture.
Qu’est-ce à dire ?

En travaillant aux pratiques qui consistent à purifier le corps et l’esprit, nous mettons en place ce travail subtil de maintien de la santé et de ralentissement des processus de vieillissement qui nous mangent, et veillons à élargir la conscience pour intégrer notre propre fin.


Hari om tat sat

Jaya Yogacharya


bibliographie
Tantra Yoga de D.Odier
Le serpent primordial de A. Shuddha
Kundalini tantra de Swami Satyananda Saraswati

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.