• 6 place de la liberté, 97490 Sainte Clotilde
  • +262 262 73 04 00
  • centrejayayoga@hotmail.com

Sur le chemin de l’illumination..

exposé du cours de méditation niv2 donné par Jaya le 10 fev 2012

Le Mental n’a pas sa lumière propre

"Na Tat Svâbhasâm Drishyatvât"

"Cela qui perçoit ne peut-être illuminé de l’intérieur"

JPEG - 20.7 ko
Le Caravage

- Voici là un sutra bien hermétique.
Toute la problématique est d’identifier qu’elle est la source réelle de l’illumination ?

Nous voyons l’astre lunaire, non parce qu’il brille de sa propre lumière mais par le seul fait qu’il reflète la lumière du soleil. Ce dernier, quant à lui, émane de lui même.
Pour les sages, l’analogie se vérifie lorsqu’il s’agit du mental et de l’entité fondamentale d’un individu, que certains appellent l’âme individuelle.
Toute la pratique de la méditation va permettre d’appréhender les différents modes et causes du mental lorsque celui-ci est un objet de perception et de connaissance, et d’identifier sa relativité par rapport à un principe qui lui reste inchangé, à savoir le Purusha, le Soi fondamental.

Ce Soi fondamental ne peut-être appréhendé par le mental, du moins le mental ordinaire.


Dans l’expérience ordinaire du monde, le mental est un instrument de perception sensorielle ou de connaissance intellectuelle.
Mais dans le yoga, vous ne pouvez appréhender l’absolu lumineusement intrinsèque par un mental ordinaire.



- Le yogi doit transcender ses limites psycho-physico-sensorielles en intériorisant son mental. Il doit permettre au Soi lumineux d’irradier sur son outil de perception qu’est le mental et non le contraire.
Ce n’est pas le mental humain dans ses limitations qui peut irradier ce qui est déjà lumineusement absolu.
Mais si le mental humain arrive à dissocier son processus de cognition de l’expérience, il réalise l’objet à connaître.
C’est cela la réalisation. C’est la connaissance du Soi.

Le mental est instable, subjectif, et changeant.

Seul, le dépassement de ses fonctionnements ordinaires, voire sa transcendance, voire son élimination dans l’expérience spirituelle est la condition sine qua non à la réalisation de cet absolu.

L’absolu, le Purusha ne devient pas l’objet de connaissance du mental, car il est déjà le sujet de la connaissance lui-même.
La pratique du yoga, de la Sadhana, ne consiste pas à réaliser l’absolu en soi par la prise de conscience de cet absolu. Cela ne suffit pas. Son but et de réaliser l’illumination intérieure en permettant l’illumination de son outil de perception.
La limitation du mental ne lui permet pas à la fois de percevoir et d’ être perçu. Quand le mental est ce qui perçoit, il ne peut être ce qui est perçu.


- Dans la pratique subtile de la méditation, la structure psychologique et physiologique du mental évolue sans cesse.
Dans la méditation, la structure du mental subit un formidable changement.
La réalisation du Pratyaya, à savoir l’objet de méditation, survient lorsque toute possibilité de transcender le mental s’efface.
Alors le Pratyaya devient connu. C’est l’état de pure conscience, expérience du Samadhi qui n’est plus limitée par le mental.
C’est l’expérience homogène de la connaissance inaltérée.



Jaya Yogacharya

bibliographie : Les Sutras de Patanjali, Les chemins de la la liberté

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.