• 6 place de la liberté, 97490 Sainte Clotilde
  • +262 262 73 04 00
  • centrejayayoga@gmail.com

"Cohérence"

Conférence donnée en cours de méditation par Jaya yogācāryale vendredi 18 sept 2020

"Cohérence"
Depuis notre dernière réunion, j’espère que vous avez eu le temps de vous regarder dans un miroir afin d’expérimenter la corrélation entre votre état intérieur et son reflet renvoyé dans l’image matérialisée.
« Miroir, mon beau miroir ... »

L’univers est à l’œuvre et ses lois conditionnent notre existence.
Nous n’en connaissons qu’un certain nombre et notre évolution est censée nous permettre d’élargir notre champ de compréhension. L’univers étant infini et potentiel, à la fois matérialisé ou non, mais aussi "matérialisable", nous pourrions nous demander si le destin de la race humaine est finalement d’arriver à comprendre un jour toutes ses lois, ou bien de jouir dans l’instant présent, de celles que nous connaissons déjà.

1

Les deux chemins pourraient mener à la même finalité mais faudrait-il encore redéfinir ce qu’est la jouissance.
Pour les yogis et pour le commun des mortels, cela ne relève pas de la même chose.

Comprendre toutes les lois de l’univers, nécessite de devenir soi-même infini et éternel. L’objectif des yogis est intimement lié à cette dernière approche.

Ils savent depuis longtemps que permettre à la nature humaine de faire l’expérience ultime de l’absolu infini par la fusion de :
- la śakti शक्ति suprême (l’énergie fondamentale endormie en bas de la colonne vertébrale appelée Kuṇḍalinī कुण्डलिनी)
et
- la conscience cosmique apparentée à Śiva शिव et aux états de supra-conscience chez l’homme,
est la voie royale.

Cette voie n’est pas celle du seul pragmatisme intellectuel et scientifique.
Cette voie n’est pas celle du développement personnel basé sur la compréhension psychologique des comportements humains contemporains dépourvus de la dimension sacrée.
Cette voie est à la fois celle de l’expérimentation directe sur tous les plans de l’être, du plan concret physique au plan le plus métaphysique, mais elle inclut de plus, l’aspect divin.

Reconnaitre l’aspect divin du monde, c’est reconnaître nos limitations.
Tendre vers lui, c’est prétendre être fait de sa même nature.
Dans notre prétention à toucher l’absolu afin qu’il interagisse véritablement avec nous et pour nous, nul besoin de le prendre de haut. Le seul langage efficace est celui de l’amour, un amour sacré du sacré et qui permet l’alignement de nos outils les plus nobles, ceux du cœur, de l’esprit et de l’âme, l’Ātman आत्मन्.

Il nous faut donc devenir la cohérence de cet alignement pour comprendre la cohérence subtile du monde, sans quoi, nous faisons à notre insu, le jeu des forces anarchiques qui existent en lui.

Le « Tout est dans le Tout » selon le principe Vedantique, et les formes chaotiques du monde appartiennent à ses possibilités de matérialisation lorsque des systèmes énergétiques eux-mêmes chaotiques sont à l’œuvre.
A nous d’éviter au mieux ces systèmes.
Depuis des millions d’années, nous apprenons à dompter certains systèmes naturels, mais notre société humaine a créé les siens propres.

Ces systèmes énergivores, sont presque inévitables dans l’existence quotidienne.

Il y a les systèmes à une unité, ne serait-ce que celui que représente votre conjoint, votre ami, votre parent, votre enfant.
Il y a les systèmes à plus, de deux personnes à des millions (système familial, groupes associatifs, gouvernements, partis politiques, organismes de santé, professionnels, etc.). Tous ces systèmes déterminent nos comportements, nos réactions, nos choix d’existence, nos succès et nos échecs.

Les forces qui régissent ces systèmes et les réactions comportementales que nous leur donnons, déterminent en partie, avec les lois physiques de l’univers, notre pseudo liberté d’action.

Souvenez-vous, voir conférence « Cela se peut ! », l’homme s’arrange pour obtenir ce qu’il veut et semble agir avec une réalité apparemment obéissante. Bien qu’il obtienne dans une certaine limite ce qu’il désire, bien souvent, s’il se tourne vers une direction de son bon vouloir apparent, il peut être ramené illico vers une autre.
L’homme alimente souvent ces systèmes par sa bonne participation mais n’obtient pas toujours ce qu’il souhaite de leur part. Il obtient même parfois le contraire de ce qu’il espérait.

Pourquoi ?

Parce que l’univers a ses lois en terme d’équilibrage et de polarisation.

L’univers va à l’économie d’énergie et à l’équilibre.

Devant n’importe quel événement, nous nous positionnons toujours dans une partialité relative et sommes comme un curseur qui se déplace entre un centre et des extrémités, en terme d’intensité de réponse. Nos importances sont sur une échelle de valeurs dont nous n’avons pas toujours conscience.
La voie du milieu est celle qui les réduira.

2

Tout excès tel, une prise de position trop virulente, une action trop effrénée, une intention trop opiniâtre, entrainera une réaction énergétique du monde extérieur afin de rétablir l’équilibre harmonieux.
Cependant, cela demande parfois du temps à l’univers pour matérialiser sa réponse et des dégâts humains, parfois colossaux, peuvent avoir lieu entre-temps. Ils sont dus à la folie des hommes.

C’est finalement peu à l’égard de l’infini, l’homme devant grandir et apprendre de ses erreurs. La nature cependant n’a pas d’objectif négatif à son égard.
Elle lui propose des outils mais ne dépend pas de lui à l’échelle universelle.

Dans votre rapport avec les systèmes pré-cités, ces derniers ont leurs propres lois phagocytaires.
Se nourrissant de l’énergie individuelle, ils créent chez l’homme des relations de dépendance.

Dépendance à votre mari ou votre femme, dépendance à votre travail par la nécessité du salaire, dépendance à certaines idéologies par rapport à l’affirmation de vos idées, dépendances à vos goûts, etc.
Ces dépendances entrainent des relations humaines basées souvent sur des comparaisons, des conditions, des oppositions.
- "Tu as fait ceci, alors je vais faire cela et en mieux" (comparaison).
- "Si tu fais cela, je ferai ceci. Si tu me trompes, je te tue ou je te trompe" (condition).
- "Si tu vas là, je n’irai surtout pas et irai à l’opposé" (opposition).

Ce sont des relations où l’égo et l’ignorance agissent en puissance.

Cet état de comparaison par exemple, peut être inoffensif s’il n’y a pas de hiérarchie implicite dans la relation, mais dans un rapport de force intense et valorisé entre un objet et un autre, entre une personne et une autre, entre une situation et une autre, alors il y aura ce mécanisme du curseur qui se déplace à nouveau vers une position extrême ou déséquilibrée.

Les éternels conflits, disputes, événements que nous ne voulions pas et que nous vivons sans les avoir désirés prennent leurs racines dans nos justifications profondes et occultes qui œuvrent par ces mécanismes psychologiques et énergétiques.

4

Il y aura donc une réaction du monde extérieur par la nécessité de rééquilibrer et ramener l’auteur de la survalorisation vers une énergie équilibrée, centrée ou neutre de façon douce ou beaucoup plus radicale voire plus violente.
C’est ainsi que le monde extérieur remet le curseur de l’auteur de ce déséquilibre au centre en le contrant et en l’envoyant vers une direction opposée à celle désirée, s’il y a eu excès.

Vous jouez avec le feu avec outrecuidance sans comprendre les lois du feu et le feu vous brûlera, (armes, violence, passions, addictions, etc.).
Vous jouez avec le feu cosmique avec amour et intelligence, (énergie spirituelle, créativité, intelligence scientifique) et vous réveillerez les mystères de cette énergie, de ce feu.

3

Le plus souvent, ces mécanismes sont inconscients chez beaucoup de personnes.
Ces personnes sont inaptes à estimer la position du curseur de l’importance en elle car elles sont très souvent décentrées, ignorantes des énergies qui les gouvernent, à commencer par les leurs.
C’est là que le yoga et la méditation sont des outils puissants qui aident à dompter les énergies, à identifier ces mécanismes et à les changer.

Depuis des années, je ne cesse de vous démontrer par la voie du yoga le pouvoir de l’esprit. Par lui, nous pouvons identifier l’impact de ces systèmes sur nous, identifier les lois qui nous gouvernent. Par lui, nous pouvons réagir autant face aux comportements humains qu’aux événements qui semblent échapper à notre volonté et relèvent du bon vouloir du ciel.

Lorsque l’esprit du yogi est harmonisé sur son cœur et son âme, alors l’énergie de ses pensées a pouvoir d’agir sur la matière ou tout champ de matérialisation.

Les nombreuses techniques avancées du Kriyā yoga क्रिया que sont les visualisations, les prāṇāyāma प्राणायाम, les méditations, la maitrise des énergies, le pouvoir de concentration, la purification des Nāḍī नाडी, etc., permettant l’activation de la śakti et des états modifiés de la conscience, vous permettent d’observer des modifications quantifiables dans votre vie quotidienne.

Volonté, compréhension subtile des phénomènes, intuition, vision du réel, compréhension élargie des lois universelles, intelligence plus lumineuse, rayonnement sur autrui, plus grande stabilité et cohérence intérieure, reconsidération de ses importances et de la valeur spirituelle d’autrui, sont parmi les quelques résultats de la pratique yoguique.

Lorsque l’âme et l’esprit fonctionnent à l’unisson par la cohérence de l’être, se dégage alors une énergie de la pensée qui a tout pouvoir d’agir sur le réel.

Lorsque nous sommes dans une cohérence et un équilibre qui respectent celui de l’univers, tout va bien.

5

Mais les événements indésirables arrivent ou les évènements souhaités n’arrivent pas lorsque des excès réactionnels ou comportementaux amènent des distorsions du champ énergétique universel.
Parfois ces excès sont plus subtils que vous ne le pensez !

Hari om tat sat
Jaya yogācārya

Bibliographie :
- "Diriger ta Réalité " de Vadim Zeland aux edts Exergue
- Adaptation et Commentaires par Jaya yogācārya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?


Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)